Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ma bibliothèque

  • BELLE RÉCITATION N°24

    Juin.jpgComme la nostalgie peine à se départir des poèmes bucoliques, saluons ainsi l’été qui pointe enfin le bout de son nez, avec un respect calendaire du meilleur effet.

    Poétesse naturaliste injustement méconnue, Madame Alphonse Daudet nous offre sa perception auditive du mois de Juin avec une émouvante sensibilité aux chants des oiseaux.

    Ce texte ne mériterait-il pas alors de figurer parmi les plus belles récitations saisonnières ? Avec la prouesse de conjuguer art poétique et leçons de choses.

    Raison suffisante pour (re)découvrir l’œuvre feutrée de Madame Alphonse Daudet, alias Julia Allard, dont nos colonnes ne se lasseront jamais de saluer la délicatesse.

    Cf. notre chronique précédente in — http://nostaljg.hautetfort.com/archive/2015/11/06/actu-nostalgie-n-63-5712105.html

    MmeDaudet-2V1893.jpg

    Madame Alphonse Daudet — Paris, 2 mai 1893

     §

    Juin 

    Le coucou décevant chante dans les grands bois ;

    Il est ici, puis là, jamais il ne s’arrête ;

    Son vol est un circuit dessiné par sa voix

    Sonore, printanière, et pourtant inquiète ;

     

    Coucou ! le moissonneur dans le cri répété

    Compte son blé, son or, les récoltes prochaines.

    Le meunier voit tourner son moulin déjeté ;

    Le bûcheron l’écoute en regardant les chênes.

     

    Précurseurs des bienfaits de l’été triomphants,

    Il domine et fait taire aux buissons de la haie

    Mésanges et bouvreuils au romantique chant,

    La fauvette en l’allée et dans la roseraie.

     

    Qu’il chante ! Il n’a qu’un jour, une heure de soleil,

    Et l’écho pour lequel sa voix semble promise

    Avec sa double note au timbre de vermeil

    Bientôt, Juillet venant, se taira par surprise.

    Source : Madame A. DAUDET — Lumières et Reflets (Paris, Libraire A. Lemerre, 1920)

    Saison-ete.jpg

  • RÉDACTION N°2

    Cahier-01.jpgNostalgie oblige, entre tendresse et douleur du passé, le jour de la rentrée s’impose à la mémoire de tous, quand bien même ce souvenir serait lointain.

    La rédaction du jour, écrite le 6 octobre 1926, nous livre un témoigne plus oculaire que sentimental, — aux émotions tout en retenue —, sur cette matinée si particulière où la nouveauté peine à se départir de l’appréhension.

    Les prémices végétales de l’automne, les retrouvailles des élèves au gré des bavardages et des jeux, l’anxiété des « petites nouvelles » qui se tiennent à l’écart dans un coin de la cour, les conciliabules entre l’institutrice, rassurante, et les mamans, un rien angoissées, en proie à un petit pincement au cœur au moment de tourner les talons…

    Le rite se perpétue de génération en génération, immuable et poignant, comme une sentence calendaire voulant nous rappeler que le courage est la vertu inaugurale du commencement… Pour les petits comme pour les grands.

     

    TEXTE DE LA RÉDACTION —

     SUJET — La cour de l’école le matin de la rentrée. Dites ce que vous avez observé. La cour, les arbres, les feuilles. L’animation des élèves. Les petites nouvelles. Conclusion.

     DÉVELOPPEMENT — Quand je suis arrivée à l’école, le matin de la rentrée, j’ai trouvé un grand changement. Les feuilles étaient tombées sur le sol. Les arbres jaunissaient et commençaient à se dépouiller de leurs feuilles vertes. Mes futures petites amies étaient par groupes et se racontaient leurs bonnes journées de vacances. Les autres jouaient, se taquinaient. D’autres disaient bonjour à la maîtresse. Toutes les petites filles étaient contentes de se retrouver ; elles étaient toutes gaies et joyeuses. Les petites nouvelles étaient conduites par leurs mamans qui les présentaient à l’institutrice. Dans la cour, elles restaient à l’écart, leurs serviettes sous le bras, ne  connaissant aucune petite amie pour jouer de bon cœur. Elles avaient l’air inquiète. Le matin de la rentrée, j’ai pris la résolution de bien travailler toute l’année.

    Source : Cahier unique de devoirs journaliers — École publique de Filles de Montmorillon, octobre 1926

    NB- Le texte est retranscrit dans sa version originale, avec ses maladresses syntaxiques et ses fautes orthographiques...

    Cahier-02.jpg

    Cahier-03.jpg

    Lafayette-1959.jpg

  • 2014

    Autour des rois mages,

    n'est-ce pas le moment de formuler un vœu ?

    Belle et sereine année à tous et à toutes...

    Epiphanie-.jpg

    Source : Le pélerin, 14 janvier 1900