Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juin 2016

BELLE RÉCITATION N°24

Juin.jpgComme la nostalgie peine à se départir des poèmes bucoliques, saluons ainsi l’été qui pointe enfin le bout de son nez, avec un respect calendaire du meilleur effet.

Poétesse naturaliste injustement méconnue, Madame Alphonse Daudet nous offre sa perception auditive du mois de Juin avec une émouvante sensibilité aux chants des oiseaux.

Ce texte ne mériterait-il pas alors de figurer parmi les plus belles récitations saisonnières ? Avec la prouesse de conjuguer art poétique et leçons de choses.

Raison suffisante pour (re)découvrir l’œuvre feutrée de Madame Alphonse Daudet, alias Julia Allard, dont nos colonnes ne se lasseront jamais de saluer la délicatesse.

Cf. notre chronique précédente in — http://nostaljg.hautetfort.com/archive/2015/11/06/actu-no...

MmeDaudet-2V1893.jpg

Madame Alphonse Daudet — Paris, 2 mai 1893

 §

Juin 

Le coucou décevant chante dans les grands bois ;

Il est ici, puis là, jamais il ne s’arrête ;

Son vol est un circuit dessiné par sa voix

Sonore, printanière, et pourtant inquiète ;

 

Coucou ! le moissonneur dans le cri répété

Compte son blé, son or, les récoltes prochaines.

Le meunier voit tourner son moulin déjeté ;

Le bûcheron l’écoute en regardant les chênes.

 

Précurseurs des bienfaits de l’été triomphants,

Il domine et fait taire aux buissons de la haie

Mésanges et bouvreuils au romantique chant,

La fauvette en l’allée et dans la roseraie.

 

Qu’il chante ! Il n’a qu’un jour, une heure de soleil,

Et l’écho pour lequel sa voix semble promise

Avec sa double note au timbre de vermeil

Bientôt, Juillet venant, se taira par surprise.

Source : Madame A. DAUDET — Lumières et Reflets (Paris, Libraire A. Lemerre, 1920)

Saison-ete.jpg

01 mai 2016

ACTU & NOSTALGIE N°69

3.3-Mai - copie.jpgComme la nostalgie adore comparer le présent au passé, mettons le mois de mai à l’épreuve de la méfiance que lui inflige la tradition. Quand bien même « Mai, comme un jeune prodigue, égrène ses trésors », selon la promesse réjouissante de Théophile Gautier, une sagesse empirique de bon aloi nous met en garde contre l’action parasite des saints de glace. Preuve que les jardiniers ont raison de ne pas trop écouter les poètes !

Par un curieux revers de la médaille mémorielle, le trio de nos saints de glace sait se rappeler à nous jusqu’à insuffler un grain de poésie dans son fidèle rendez-vous, au cours duquel nous avons toutes les bonnes raisons de disserter sur la pluie et le beau temps. Pour le plus grand plaisir des jardiniers…

 

Le sentier

 Il est un sentier creux dans la vallée étroite,

Qui ne sait trop s’il marche à gauche ou bien à droite.

— C’est plaisir d’y passer, lorsque Mai sur ses bords,

Comme un jeune prodigue, égrène ses trésors ;

L’aubépine fleurit ; les frêles pâquerettes,

Pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes.

La pâle violette, en son réduit obscur,

Timide, essaie au jour son doux regard d’azur,

Et le gai bouton d’or, lumineuse parcelle,

Pique le gazon vert de sa jaune étincelle.

Le muguet, tout joyeux, agite ses grelots,

Et les sureaux sont blancs de bouquets frais éclos ;

Les fossés ont des fleurs à remplir vingt corbeilles,

À rendre riche en miel tout un peuple d’abeilles.

Sous la haie embaumée un mince filet d’eau

Jase et fait frissonner le verdoyant rideau

Du cresson. — Ce sentier, tel qu’il est, moi je l’aime

Plus que tous les sentiers où se trouvent de même

Une source, une haie et des fleurs ; car c’est lui,

Qui, lorsque au ciel laiteux la lune pâle a lui,

À la brèche du mur, rendez-vous solitaire

Où l’amour s’embellit des charmes du mystère,

Sous les grands châtaigniers aux bercements plaintifs,

Sans les tromper jamais, conduit mes pas furtifs.

Source : GAUTIER (Théophile) — Premières Poésies in Œuvres de Théophile Gautier — Poésies (Paris, Lemerre, 1890, Volume 1)

Armand Colin-16.jpg

Source : Cours SCHWEITZER — Album de planches en couleur (Paris, Librairie Armand Colin, 1908)

§

Méfions-nous des saints de glace !

En mai, les jours augmentent de 1h 16mn, la température s’élève d’une manière très sensible. Cependant certaines journées du mois sont encore froides et les agriculteurs redoutent avec raison l’effet désastreux des gelées tardives. Ces gelées de mai peuvent se produire, soit parce que sous l’influence des vents du nord la température générale de l’air s’abaisse au-dessous de zéro, soit parce la température du sol s’abaisse par rayonnement au-dessous de zéro, la température de l’air pouvant être d’ailleurs de 3° ou 4°.

Ces gelées de mai peuvent arriver à une époque quelconque du mois, mais il a été bien constaté, depuis de longues années, qu’il y a toujours un refroidissement de la température vers les 11, 12 et 13 mai. Cette remarque n’avait pas échappé à l’esprit observateur des agriculteurs, qui donnaient aux saints Mamert, Pancrace et Servais, auxquels sont consacrés ces trois jours de mai, les noms de saints de glace.

On raconte que le grand Frédéric se promenait, le 1er mai 1780, sur les terrasses du palais de Sans-Souci. L’air était tiède, le soleil chaud. Le roi s’étonna que les orangers fussent encore renfermés. Il appela son jardiner, et lui ordonna de faire sortir les arbres. « Mais, sire, lui objecta le jardinier, vous ne craignez donc point les trois saints de glace ? » Le roi philosophe se mit à rire et renouvela son ordre. Jusqu’au 10 mai tout alla bien ; mais le jour de saint Mamert, le froid survint ; le lendemain, jour de saint Pancrace, la température baissa davantage, et il gela fortement dans la nuit qui précéda la fête de saint Gervais. Les orangers furent gravement endommagés.

Source : LÉVY (Albert) — La Légende des Mois (Paris, Librairie Hachette et Cie, 1879) 

Jardin-02.jpg

CahierJG-A.jpgVous recherchez des récitations évoquant l’enfance ou le rythme des saisons ? Procurez-vous vite mon Petit Cahier de Récitations, en vente dans les bonnes librairies.

Jacques GIMARD — Petit Cahier de Récitations – Jouez à réviser vos classiques ! (Paris, Hors collection, juin 2015, 18 x 23 cm, 5 €)

 

24 février 2016

ACTU & NOSTALGIE N°67

« La crêpe couleur d’or »

Fevrier.jpgComme la nostalgie est assez gourmande, et que la gourmandise se nourrit bien souvent de nostalgie, n’oublions pas d’associer ce mois de février à la savoureuse tradition des crêpes que Philéas Lebesgue* a célébrée en quelques vers alléchants.

Même si la Chandeleur est déjà loin derrière nous, n’est-il pas tentant de profiter du jour supplémentaire qu’offre cette année bissextile pour déguster encore quelques crêpes, avec juste ce qu’il faut de sirop d’érable ?

Pas le moindre péché de gourmandise ici puisque, selon une tradition bien établie, la coutume devrait sa naissance à l’initiative d’un Pape, Gélase Ier qui, le jour de la fête de la Purification de la Vierge, demanda à ce que des crêpes soient distribuées aux pèlerins venant à Rome grossir les processions généreusement éclairées de chandelles, d’où le nom de Chandeleur.

En 472, le même pape mit un terme à la cérémonie. La dégustation de crêpes, elle, a su résister à cette abolition. Sans doute parce que, par leur allure ronde et blonde, elles évoquent le disque solaire, comme une incantation profane au retour du printemps… Preuve que la gourmandise a toujours le dernier mot.

*À propos de Philéas Lebesgue, notre chronique du 9 août 2013 lui consacre quelques mots, sur sa vie comme sur son œuvre. Suivez le lien — Philéas Lebesgue

§§§

Crepe-01.jpegLes crêpes

 La poêle en main et la figure illuminée

Par l’âtre fauve, Aline est debout au milieu

Du cercle qui babille en la grande cheminée.

Dans la jarre aux dessins couleur de camaïeu,

Œufs, lait, farine ont fait la pâte bien tournée ;

Et saute en l’air, aux cris de l’ample maisonnée,

La crêpe couleur d’or qui reluit dans le feu…

Source : Philéas LEBESGUE — La bûche dans l’âtre (Paris, Mercure de France, 1923)

 

Crepe-02.jpg

Crepes-03.jpg