Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mars 2014

PAGE D'HISTOIRE N°12

PrixLions2013 - copie.jpgComme la nostalgie aime l’histoire et vice-versa, j’ai le grand plaisir de vous annoncer la tenue imminente d’un vrai nouveau colloque samedi 22 mars prochain à Bourges.

Une exclusivité berrichonne organisée à l’initiative d’un « Collectif d’historiens amateurs ». Moi-même amateur historien, j’aurai l’honneur d’y présenter une communication sur Pierre Paoli, le destin tragique d’un enfant d’Aubigny

Occasion idéale pour présenter en exclusivité le scénario Paoli, — pour un format télévisé —, écrit par une jeune et talentueux scénariste berrichon, Pierre-Henri Debord.

Pourquoi un colloque offrant « un nouveau regard sur la Libération avec l’ouverture des archives » ? La réponse est à dénicher dans la question.

Les colloques consacrés à la Libération de la France (1944-1945) ne manquent pas. Ils puisent tous à la même veine : ils sont organisés par et pour des historiens professionnels, les auditeurs ne sont là que pour les interroger sans garantie d’être satisfaits.

Sur ce constat, notre colloque ne sera pas une répétition parmi d’autres, mais un vrai nouveau colloque, tant dans le ton que dans le contenu.

Un programme fort prometteur que détaille la brochure PDF suivante : Colloque-22III2014.pdf

samedi 22 mars 2014 — de 10 heures à 12 h 30 et de 14 heures à 17 heures

à Epis Centre de Bourges (65, avenue de Lattre de Tassigny)

VOTRE CONTACT — Charles Bohnert, 02 48 71 48 32 ou 06 83 65 18 11

charles.bohnert@sfr.fr

Bourges-1940 - copie.jpg

 

14 juillet 2013

ACTU & NOSTALGIE N°44

Elixir-.jpgPuisque la nostalgie joue de comparaisons, saisissons au vol les fanfaronnades de notre ravi président de la République jurant que « la reprise est là ». Simple artifice rhétorique pour donner un souffle d’optimisme à notre Fête nationale, comme pour conjurer par le verbe l’incapacité d’agir.

Même si « l’histoire ne repasse pas les plats » — dixit le cynique Louis-Ferdinand Céline —, admettons que, d’un siècle à l’autre,  les mêmes saveurs flottent dans l’air. Dans les années vingt, ni le Bloc national ni le Cartel des gauches ne viennent à bout de la crise financière que chaque camp impute à l’incurie de l’autre. Dans cette ambiance de désenchantement économique et social, la pédagogie scolaire porte un intérêt croissant à l’histoire du travail, jusqu’à vouloir reconstituer le mouvement systémique de l’activité humaine. En 1924, — précisément l’année de la victoire du Cartel des gauches —, les éditions Dunod publient un manuel aux accents prémonitoires, Le livre de l’activité humaine – Les lectures de la profession, qui propose in fine un tableau synoptique retraçant l’itinéraire de la Prospérité nationale, jalonné des éternels écueils que notre débat politique contemporain n’ose plus évoquer tellement il répugne à regarder la vérité en face. Parce que la Prospérité nationale est plus affaire de lucidité, de méthode, de courage, si loin des belles incantations, fussent-elles présidentielles.

ProsperiteNationale.jpg

Source : FRANCHET (Antonin) & FRANCHET (Léon) — Le livre de l’activité humaine – Les lectures de la profession —

(Paris, Dunod, 1924)

28 octobre 2012

PAGE D'HISTOIRE N°10

Livre Histoire.jpgPourquoi, nostalgie aidant, le manuel scolaire devrait-il faire écho aux pseudo-débats de société qu’agite le microcosme politicien ? La polémique que Najat Vallaud-Belkacem, la télégénique ministre des Droits de la femme, vient d’ouvrir en s’étonnant du silence de nos livres d’histoire sur l’orientation sexuelle de nos héros nationaux illustre bien l’étrange valeur totémique que l’intelligentsia socialiste accorde au contenu des manuels scolaires.

Il y a trente ans déjà, avec la noble idée de briser les clichés machistes, il était urgent de dénoncer le sexisme des livres de lecture représentant trop souvent Maman qui fait la cuisine pendant que Papa lit tranquillement le journal.

Il y a vingt ans, il était de bon ton d’abolir, sous prétexte de « diversité » et par crainte de « stigmatisation », — la logomachie socialiste sait jouer de mots-code pour nous donner mauvaise conscience —, toute notion raciale dans les livres de géographie.

Il y a dix ans, il convenait déjà de s’interroger sur la pertinence de distinguer les genres féminin et masculin dans les livres de sciences, sous prétexte que la culture, beaucoup plus que la nature, s’ingénierait à les différencier.

Aujourd’hui, les mêmes grands esprits veulent lier le déterminisme des grandes figures de notre Panthéon national à leur vie sexuelle… Comme si l’histoire de France n’était déjà pas assez compliquée à expliquer sous le prisme des faits politiques, économiques et sociaux.

Lyautey-01.jpgImaginons alors une dissertation d’histoire sur la vie et l’œuvre du Maréchal Lyautey. En quoi son homosexualité aurait-elle pesé sur son ambition, sur ses initiatives, sur sa conception de la colonisation ? Les collégiens(nes) et lycéens(nes) devront-ils en parallèle suivre des cours de psychanalyse pour interpréter l’influence de l’orientation sexuelle sur le destin d’un héros national ? En quoi le fait d’être homo ou hétéro influencerait-il notre perception de l’héroïsme et des vertus civiques ? Comment et pourquoi ce nouveau critère d’appréciation serait-il d’un précieux secours pour briser les tabous et lutter contre les discriminations ? Autant de questions cocasses pour alimenter un débat loufoque.

Bientôt, au nom d’un « grand débat national sur la santé publique », les écoliers de France devront savoir distinguer qui, parmi nos grands personnages, étaient sobres ou alcooliques, végétariens ou carnivores, sensibles ou rétifs à l’hygiène corporelle, optimistes ou hypocondriaques, etc.

Et tout cela, bien sûr, cela fera « d’excellents Français », instruits, éclairés et tolérants. Et tant pis s’ils ne savent même plus lire et écrire… Puisque là n’est plus le débat. Foi de ministre socialiste.

§ 


Deux liens de circonstance pour appréhender la façon dont la presse aborde le sujet :

 http://www.elle.fr/Societe/News/Homosexualite-et-livres-scolaires-la-ministre-critiquee-2231716

 http://www.marieclaire.fr/,najat-vallaud-belkacem-homosexualite-manuels-scolaires-education,20123,663815.asp?xtor=EPR-62


Lyautey-03.jpg

Source : Lyautey (Liège, Éditions Gordinne, s.d.)