Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes publications - Page 3

  • ACTU & NOSTALGIE N°64

    Decembre.jpgComme la nostalgie se plaît assez dans les veillées d’hiver, mettons ce mois à l’honneur sous la plume de Francis Yard, poète normand injustement tombé dans l’oubli.

    Un couple de petits vieux bercés par la chaleur du poêle, un gros chat blanc fainéant, une causerie du soir, avare de mots, autour des premiers frimas de l’hiver : voilà mise en scène toute la poésie de décembre que nous aimerions tant revivre, entre rusticité et simplicité, avec le serein réconfort de se sentir bien, tout simplement.

     Décembre

     Chez les vieux, mes voisins d’en face,

    Qui somnolent auprès du feu,

    Je suis allé causer un peu.

    En dix pas, j’ai franchi la place

    Où mes sabots laissent leur trace…

     

    Les deux pieds sur sa chaufferette,

    Ses sabots de chaque côté,

    La vieille coud, jamais distraite,

    Tâtonnante, l’air entêté,

    Le nez pointu sous ses lunettes.

     

    Et son gros chat blanc dort en rond

    Près du poêle cerclé de cuivre,

    Le poêle noir qu’en entend vivre

    Avec son ronflement profond,

    Calme et plus doux au temps de givre.

     

    La lumière est diminuée,

    Les carreaux clairs devenus gris

    Se sont voilés, comme ternis

    De somnolence et de buée,

    Soupirs émus du bon logis…

     

    On ne sait même plus l’heure…

    Le temps assoupi demeure

    Immobile et tout transi…

    En cet exil de la terre,

    On se résigne à se taire.

    L’horloge somnole aussi.

     

    Pas un soupir, pas un souffle.

    Tout s’étouffe et s’emmitoufle…

    L’oubli morne a recouvert

    La forêt, la lande immense.

    C’est le règne du silence,

    La grande paix de l’hiver…

     

    Laissons les choses s’endormir.

    La neige tombe. C’est décembre.

    Sur l’an qui meurt pourquoi gémir ?

    Espoir vaut mieux que souvenir.

    Le poêle ronfle dans la chambre…

     

    Francis YARD — L’An de la terre (Paris, Grasset éditeur, 1906)

     §

     À propos de l’auteur —

    Francis-Yard.jpgAthanase François Yard, dit Francis Yard, (1876-1947), est natif de Boissay, en Seine-Maritime.

    Le succès qu’obtient son premier recueil de poèmes, — intitulé Dehors — comble ses rêves. Nanti d’un petit héritage familial, il s’installe à Paris pour s’y faire un nom.

    À Montmartre comme au Quartier latin, le cénacle culturel l’affuble d’un surnom qui a tout l'air d'un gentil quolibet, « le Poète des Chaumes ». Après deux ans d’aventure littéraire, jonchés de cruelles désillusions, il rejoint son pays natal où il embrasse la noble carrière d’instituteur. La passion qu’il voue à son métier lui ménage assez de temps pour écrire, dans un registre enraciné dans son terroir. Son inspiration le promène alors entre almanach, contes et légendes. Le « Poète des Chaumes » cède alors la place au « Barde de la Normandie », une juste consécration pour cet écrivain qui ne sut pas résister à l’appel de la terre… Tout à la gloire de son œuvre.

    À découvrir, la note biographique fort bien construite, rédigée en classe par les élèves du Collège Francis-Yard de Buchy, en Seine-Maritime — http://francisyard-col.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article9

    Hiver.jpg

     Source : Cours SCHWEITZER — Album de planches en couleur (Paris, Librairie Armand Colin, 1908)

    § 

    Vous recherchez des récitations évoquant l’enfance ou le rythme des saisons ? Procurez-vous vite mon Petit Cahier de Récitations, en vente dans les bonnes librairies.

    Cahier-Recitations-.jpg

    Jacques GIMARD — Petit Cahier de Récitations – Jouez à réviser vos classiques !

    Paris, Hors collection, juin 2015, 18 x 23 cm, 5 €)

    Découvrez ce cahier d’antan sur le site de mon éditeur

    http://www.horscollection.com/site/petit_cahier_de_recitations_&100&9782258118607.html 

     

  • ACTU & NOSTALGIE N°63

    novembre,été de la saint martin,madame daudet,julia allard,marguerite tournay,alphonse daudet,lumières et refletsComme la nostalgie aime se joindre à la ronde des saisons, rendons hommage à un texte (presque) centenaire à la gloire du mois de Novembre, dans la douceur de cet été de la Saint Martin, qui ne se reconnaîtra jamais dans la propagande agaçante autour du réchauffement climatique.

    Comble du plaisir : cette récitation est empruntée au répertoire poétique, par trop méconnu, de Madame Alphonse Daudet, alias Julia Allard de son nom de jeune fille, alias Marguerite Tournay, le pseudonyme littéraire qu’elle s’était donné à l’âge de dix-sept ans.

    L’auteur anonyme de la « notice », — en préambule du recueil Lumières et Reflets —, se ravit de ces « poésies toutes frémissantes de jeunesse et de vérité. » Et de laisser libre cours à son enthousiasme : « Comme les grandes poétesses qui l’avaient précédée, elle était de celle dont l’âme ne s’est épanouie que pour chanter. »

    Julia Daudet, plume de l’ombre de son prolixe mari Alphonse, ne mérite-t-elle pas autant que lui la postérité ? La notoriété de son œuvre paie le lourd tribut d’une humilité aussi vertueuse qu’émouvante.

    §§§

    Novembre

    Arbres parisiens, aux sèves mesurées

    Par la pierre, l’asphalte et par le gaz ardent,

    Vous portez des oiseaux et des nids cependant,

    Et le soleil vous fait des branches empourprées ;

     

    Vous êtes la nature au milieu des palais,

    Du morne cimetière et du faubourg alerte ;

    Vous dépassez parfois les murs d’un souffle frais

    Où le hasard d’un fruit met une pulpe verte.

     

    Ce soir, contre ma vitre, entre vos noirs rameaux

    Où la feuille en détresse a des révoltes d’aile,

    J’évoque un fleuve lent à sa rive fidèle,

    Et la paix ancestrale où dorment les hameaux.

     

    Paris, dont la rumeur a tinté dans un lustre,

    De quelque choc lointain, sur son pavé heurté,

    Paris, je l’entends bien, mais, rêvant de l’été,

    Je me crois accoudée à quelque vert balustre.

     

    Une abeille bruit, un liseron penché

    Ferme comme un cornet sa corolle de soie.

    Le soir rôde, un parfum pénétrant et séché,

    Jaillit sous l’arrosoir qui met la terre en joie.

     

    L’heure est divine, ainsi qu’un sursis de bonheur

    À tous ceux qu’accable le mal obscur de vivre.

    Souvenir d’oasis à goût d’arbre et de fleur,

    Malgré la nuit, l’hiver et l’approche du givre !

     

    Source : Madame A. DAUDET — Lumières et Reflets (Paris, Libraire A. Lemerre, 1920)

    MmeDaudet.jpg

    Madame Julia Daudet, (1876) d'après Auguste Renoir 


    Un lien Wikipedia consacré à Julia Allard, épouse Daudet — https://fr.wikipedia.org/wiki/Julia_Daudet

    Un lien pour découvrir son œuvre poétique — http://archive.org/stream/lesmusesfranai02scuoft#page/54/mode/2up

    Un lien pour mieux connaître le couple Daudet — http://maisons-ecrivains.fr/2008/11/alphonse-daudet-draveil-champrosay/

    Vous recherchez des récitations évoquant l’enfance ou le rythme des saisons ?

    Procurez-vous vite mon Petit Cahier de Récitations, en vente dans les bonnes librairies. 

    Cahier-Recitations-.jpg

    Jacques GIMARD — Petit Cahier de Récitations – Jouez à réviser vos classiques !

    Paris, Hors collection, juin 2015, 18 x 23 cm, 5 €)

    Découvrez ce cahier d’antan sur le site de mon éditeur

    http://www.horscollection.com/site/petit_cahier_de_recita...

     

     

     

  • ACTU & NOSTALGIE N°62

    10-octobre.jpgComme la nostalgie aime, elle aussi, prendre les couleurs de l’automne, poursuivons notre balade saisonnière en compagnie de Maurice Rollinat. L’œuvre de ce poète berrichon, aujourd’hui tombée dans l’oubli, était souvent mise à l’honneur dans les manuels scolaires de jadis. Sans doute parce que ses métaphores offraient une belle passerelle entre réalisme et romantisme.

    Dans Paysages d’octobre, douceur et tristesse s’incarnent sur le visage d’une « vieille », affairée « au bord du lavoir ». Le regard lointain et songeur, « avec des yeux qui se désolent », elle croit voir sa jeunesse enfouie pour toujours, au fil des « derniers beaux jours qui s’envolent ». Le soleil devient pâle, les feuilles jaunissent, les oiseaux migrent. La nature se prépare au sommeil, dans une impassible sérénité que l’homme lui envie. Preuve que la nostalgie, entre rêve et espérance, nous rendrait presque philosophes…

     

    Paysage d’octobre

     

    Les nuages sont revenus,

    Et la treille qu’on a saignée

    Tord ses longs bras maigres et nus

    Sur la muraille renfrognée.

    La brume a terni les blancheurs

    Et cassé les fils de la vierge ;

    Et le vol des martins-pêcheurs

    Ne frissonne plus sur la berge.

     

    Les arbres se sont rabougris.

    La chaumière ferme sa porte.

    Et le joli papillon gris

    A fait place à la feuille morte.

    Plus de nénuphars sur l’étang ;

    L’herbe languit, l’insecte râle,

    Et l’hirondelle, en sanglotant,

    Disparaît à l’horizon pâle.

     

    Près de la rivière aux gardons

    Qui clapote sous les vieux aunes,

    Le baudet cherche les chardons

    Que rognaient si bien ses dents jaunes.

    Mais comme le bleuet des blés,

    Comme la mousse et la fougère,

    Les grands chardons s’en sont allés

    Avec la brise et la bergère.

     

    Dans les taillis voisins des rocs

    La bécasse fait sa rentrée.

    La corneille autour des socs

    Piétinent la terre éventrée.

    Et décharné comme un fagot,

    Le peuplier morne et funèbre

    Arbore son nid de margot

    Sur le ciel blanc qui s’enténèbre.

     

    Au-dessus des vallons déserts

    Où les mares se sont accrues,

    À tire-d’aile dans les airs,

    Passe le triangle des grues.

    Et la vieille, au bord du lavoir,

    Avec des yeux qui se désolent,

    Les regarde fuir et croit voir

    Les derniers beaux jours qui s’envolent.

     

    Maurice ROLLINAT — Les Névroses (Paris, Fasquelle éditeur, 1883)

    Lavoir-.jpeg

    À propos de l’auteur —

    MR.jpegMaurice Rollinat (1846-1903)

    Poète français originaire du Bas-Berry, né à Châteauroux.

    Il soumet ses premiers poèmes à George Sand qui l’encourage à tenter sa chance à Paris. En panne de succès littéraire, il fréquente le groupe des Hydropathes, réunissant au cabaret Le Chat noir des poètes décadents, anticléricaux et antibourgeois. Il exécute au piano ses poèmes, comme ceux de Baudelaire, avec une énergie convulsive qui impressionne les spectateurs, jusqu’à fasciner Jules Barbey d’Aurevilly, l’ami-promoteur d’une œuvre hétéroclite, puisant à la fois dans la fibre pastorale et le registre macabre.

     

    Vous recherchez des récitations évoquant l’enfance ou le rythme des saisons ?

    Procurez-vous vite mon Petit Cahier de Récitations, en vente dans les bonnes librairies.

    Cahier-Recitations-.jpg 

    Jacques GIMARD — Petit Cahier de Récitations – Jouez à réviser vos classiques !

    Paris, Hors collection, juin 2015, 18 x 23 cm, 5 €)

    Découvrez ce cahier d’antan sur le site de mon éditeur

    http://www.horscollection.com/site/petit_cahier_de_recitations_&100&9782258118607.html