Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes publications - Page 9

  • NOS BELLES LEÇONS DE CHOSES

    Lecons-de-choses.jpgComme la nostalgie voue une admiration révérencieuse aux manuels d’école de jadis, j’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon nouvel opus, qui devrait ravir celles et ceux qui ont approché la nature grâce à ces planches en couleurs où les belles images nous aidaient à retenir tant de mots nouveaux… Parce que la pédagogie savait alors capter la curiosité.

    LE LIVRE EN QUELQUES MOTS —

    Une anthologie en images des manuels de Leçons de choses, telles qu’elles étaient enseignées de 1945 à 1975, miroir d’une époque où la pédagogie savait rendre captivant tout ce qu’il n’est pas permis d’ignorer du monde qui nous entoure.

    On redécouvre soudain les ressources insoupçonnables des mondes minéral, végétal et animal. On explore les multiples facettes de « l’admirable machine humaine ».

    Prouesses de la nature et vertus de l’expérience sensible jouent ensemble à nous émerveiller. Toute la magie des Leçons de choses pour célébrer, tout en couleurs, l’union sacrée de la raison et de l’enchantement.

     « Là où chaque leçon inspire l’amour de la beauté et le respect de la vie.

    Lier les trois termes de la trilogie : le vrai, le beau, le bien. »

     

    JG-livre.jpg

    Source : Jacques GIMARD — Nos belles leçons de choses

    (Hors Collection, août 2013, 120 pages, 22,5 sur 28,5 cm, 19 €)

    http://www.horscollection.com/site/ouvrage_&100&9782258103009.html

  • C'ÉTAIT MON PÈRE

    Comme la nostalgie voue un profond respect à la chaîne des générations, je ne puis manquer de rendre un hommage public à mon père Pierre qui apporta sa contribution, aussi discrète que déterminante, à deux de mes ouvrages.

    Certif-JG- - copie.jpgPour mon essai Vive le Certif  — publié en septembre 2004, réédité en mai 2013 sous le titre Passez le certif —, il me fut d’un précieux secours en me livrant clef en main la solution à tous les problèmes, insolubles à mon niveau, de robinets qui fuient, de trains qui se croisent et autres tortures cérébrales si en vogue au temps jadis…

    PrixLions2013.jpgPour mon roman historique Trompe-la-mort, les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo, il me livra un témoignage inédit, précis et circonstancié, sur son ami d’enfance qui, emporté dans le tourbillon de l’ambition dévorante et de la passion amoureuse, vendra son âme à Hitler pour devenir l’une des figures les plus abjectes de la collaboration. Sans mon père, jamais je n’aurais pu explorer en profondeur les ressorts économiques et sociaux, politiques et culturels du terroir berrichon au cours des années noires de l’Occupation.

    Né le 22 octobre 1922 dans le Cher, à Aubigny-sur-Nère, — la charmante cité des Stuarts du Haut-Berry — Pierre Gimard apprit à lire, écrire et compter à l’école des Grands Jardins, là où, à quelques mètres du frontispice républicain, veillent encore les séquoias gigantesques des jardins de la duchesse de Portsmouth.


    Ingénieur en bleu de chauffe


    PG-1943-01b.jpgJeune pensionnaire à Vierzon, il affirme tout le talent de son esprit cartésien à l’École Nationale Professionnelle (ENP). À dix-huit ans, il est reçu premier de sa promotion à l’école nationale supérieure d’Arts et Métiers d’Angers (Promo Angers 1940). Au long d’une carrière industrielle qui le ballotte de l’Est au Centre de France, fier d’appartenir à cette caste étrange des « ingénieurs en bleu de chauffe »,  il fera valoir son expertise dans la conception et le développement de turbines à vapeur dont il contrôlera la maintenance aux quatre coins du monde, outre-Manche, outre-Atlantique, jusqu’aux confins de l’Iran et du Pakistan.


     Ingénieur visionnaire

    Sensible aux grands enjeux de l’environnement bien avant que l’écologie politique ne vienne en corrompre le débat, il investit une belle part de son ingéniosité au service des énergies nouvelles.

    Esprit visionnaire, il cherchera, dans le courant des années 1970, à mettre ses turbines au service de l’énergie marémotrice et de l’énergie solaire, notamment pour le compte du four solaire d’Odeillo, situé près de Font-Romeu.

    De même expérimentera-t-il la première machine à incinérer les ordures ménagères, qui trônera longtemps dans la cour d’entrée de l’usine Manubat-Pingon, à Commentry (Allier), — ex-usine Commentry-Oissel —, dont il assure la direction jusqu’en 1978.


    Ingénieur fraternel

    ENSAM.jpgDans le prolongement de sa fin de carrière à Creusot-Loire, tout au long d’une paisible retraite, en appoint de son irrésistible engouement pour la pratique du vol-à-voile, il donnera libre cours à sa créativité auprès de l’Académie François-Bourdon, vouée à la promotion de l’archéologie industrielle des usines Schneider.

    Archétype de l’ingénieur Arts & Métiers du XXe siècle, Pierre Gimard aura œuvré toute sa vie à promouvoir les valeurs de la fraternité gadzart, sans ostentation ni compromission, avec humilité et charité.

    Preuve que cet esprit inventif, pur produit du savoir-faire industriel français à l’âge d’or des Trente-Glorieuses, mérite un hommage un peu plus disert qu’un simple avis d’obsèques publié sur la Toile.

    La mémoire de mon père, plus intime bien sûr, je la garde pour moi, dans le partage d’une fratrie désormais orpheline, un peu honteuse de n’avoir su inaugurer une lignée d’ingénieurs Arts & Métiers. Mystère insondable d’un patrimoine génétique qui oublia de nous léguer la bosse des maths…


    PP-Ecole1929.jpg

    Pierre Paoli et Pierre Gimard — Aubigny-sur-Nère, école des Grands Jardins, 1929


    PG-01.jpg

    Pierre Gimard, † 16 juillet 2013


  • ACTU & NOSTALGIE N°42

    Generique-Canal.jpgPuisque juin rime avec examens, la nostalgie nous invite, avec un sourire en coin, à comparer les bacheliers d’aujourd’hui et les certifiés de jadis. Quel était le bagage minimum de connaissances que devaient acquérir nos grands-parents au terme de leur scolarité ? Étaient-ils plus instruits que nous à l’âge de douze ans ? Pourquoi le Certificat d’études primaires du XXe siècle était-il plus « diplômant » que le baccalauréat du XXIe siècle ?  Ces questions ne cesseront jamais d’animer les débats en famille…  

    En cette période de bachotage, les journalistes aiment revenir à l’ombre de ce « marronnier » pré-estival. Une aubaine pour la promotion de mon opus Passez le Certif, auquel le Grand Journal de Canal + vient de consacrer une sympathique chronique. Preuve que la magie du Certif n’a pas son pareil pour nous complexer et nous amuser.

    Certif-Canal.jpg

    Cf. la chronique ad hoc à la 17e minute de cette vidéo http://player.canalplus.fr/#/88661 


    Juste pour vous exercer, une petite épreuve orale de morale. Accordez-vous cinq minutes de réflexion pour répondre à ces deux questions :

    Quelles sont les qualités qui font un bon ouvrier ?

    Quelles sont les qualités qui font un bon patron ?

    Réponses dans un prochain billet, à la fin du mois...

    Certif-JG - copie.jpg

    Source : Jacques GIMARD — Passez le Certif’ (éditions Hors Collection, 2013, 12x21 cm, 232 pages, 9,90 €)