Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terroir

  • IDENTITÉ FRANÇAISE N°3

    noailles.jpgAvec émotion et ferveur, la poésie vole au secours de la nostalgie quand il s’agit de louer la nation française. Splendide exemple, cet hymne à la France que composa Anna de Noailles, une comtesse issue de la « diversité », comme diraient aujourd’hui nos journalistes pudibonds…

    Cette approche bucolique de l’identité française réussit à nous convaincre : être Français, c’est avant tout prendre plaisir à vibrer aux spectacles de notre terroir. Tous les sens sont alors en émoi : un « vrai Gaulois » contemple, respire, savoure, écoute, touche son pays bien-aimé.

    Là où on comprend que l’identité française procède autant de la nature que de la culture. Autant du respect d’autrui que de l’amour du sol. N’en déplaise aux thuriféraires bien-pensants du communautarisme ethnique. Et tant mieux si la nostalgie se montre quelque peu insolente, en sortant de l’oubli un poème si touchant de vérité.

     

     

    Le Pays

     

    Ma France, quand on a nourri son cœur latin

    Du lait de votre Gaule,

    Quand on appris sa vie en vous, comme le thym,

    La fougère et le saule.

     

    Quand on a bien aimé vos forêts et vos eaux,

    L’odeur de vos feuillages,

    La couleur de vos jours, le chant de vos oiseaux

    Dès l’aube de son âge.

     

    Quand, amoureux du goût de vos bonne saisons

    Chaudes comme la laine,

    On a fixé son âme et bâti sa maison

    Au bord de votre Seine.

     

    Quand on n’a jamais vu se lever le soleil

    Ni la lune renaître

    Ailleurs que sur vos champs, que sur vos blés vermeils,

    Vos chênes et vos hêtres.

     

    Quand jaloux de goûter le vin de vos pressoirs,

    Vos fruits et vos châtaignes,

    On a bien médité dans la paix de vos soirs

    Les livres de Montaigne.

    Carte Régions-.jpg

     

    Quand, pendant vos étés luisants, où les lézards

    Sont verts comme des fèves,

    On a senti fleurir les chansons de Ronsard

    Au jardin de son rêve.

     

    Quand on a respiré les automnes sereins

    Où coulent vos résines,

    Quand on a senti vivre et pleurer dans son sein

    Le cœur de Jean Racine.

     

    Quand votre nom, miroir de toute vérité,

    Émeut comme un visage,

    Alors on a conclu avec votre beauté

    Un si fort mariage

     

    Que l’on ne sait plus bien, quand l’azur de votre œil

    Sur le monde flamboie,

    Si c’est dans sa tendresse ou bien dans son orgueil

    Qu’on a le plus de joie…

     

    Comtesse de NOAILLES — Le cœur innombrable (Paris, Calmann-Lévy, 1901)

     

    Paysage-.jpg