Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman

  • PAGE D'HISTOIRE N°11

    IMG_3889.jpgPuisque la nostalgie souscrit aux valeurs humanistes, je saisirai ce prétexte pour rendre compte des bonnes dispositions du Lions Clubs International à mon endroit.

    En honorant mon roman Trompe-la-mort du Prix Lions de littérature 2013, lors du congrès de son district Est à Vittel le 14 avril dernier, ce vénérable mouvement philanthropique a osé s’affranchir de la « posture mémoriellement correcte » si en vogue dans notre pays, toujours aussi frileux lorsqu’il s’agit de regarder son histoire en face.

    Rares en effet sont les livres, — essais ou romans —, consacrés à la Collaboration qui trouvent grâce aux yeux des jurys littéraires. Trompe-la-mort s’inscrit parmi les heureuses exceptions. Autant dire combien cette faveur me comble…

    Autre aspect insolite de cette distinction : ce livre a pour cadre le Berry occupé, sous la férule de la Gestapo de Bourges, mais ce sont des lectrices et lecteurs extérieurs à cette contrée qui ont tenu à le saluer. Preuve, si besoin est, que nul n’est prophète en son pays. Surtout quand il s’agit d’évoquer les heures si troubles des années sombres, où les héros solitaires ne parviennent pas à faire oublier les lâches compromissions.

    Merci alors au courageux Lions Clubs International d’avoir osé cette introspection berrichonne par procuration… Là où l’humanisme affronte la barbarie, sans complaisance aucune. Une belle leçon d’histoire en ce XXIe siècle timoré.

    IMG_3885.JPG

    Françoise SOL, déléguée à la Commission nationale Humanisme Action Culturelle,

    Jean-Paul FELDMANN, gouverneur du District Est du Lions Clubs International et moi-même.

    JG-14IV2013-01.jpg

    Cf. lien ad hoc pour d’autres photos — http://www.editionsquilitvit.com/galerie-photos-médias/

    PrixLions2013.jpg

    Cf. lien ad hoc pour commander le livre — http://www.editionsquilitvit.com/catalogue/trompe-la-mort-de-jacques-gimard/

    Pour organiser une conférence autour de ce livre, contactez l'auteur.

    http://nostaljg.hautetfort.com/mes_conferences/


  • PIERRE PAOLI, AGENT DE LA GESTAPO (4)

    paoli enfant.jpgLa nostalgie peut-elle s’immiscer dans les « années sombres » de l’Occupation ? Je sais que la question taraude certains lecteurs(rices) de mon roman historique TROMPE-LA-MORT tant le sujet traité — les cahiers secrets de Pierre Paoli agent français de la Gestapo — paraît dérangeant…

    La barbarie s’accommode-t-elle d’un zeste d’empathie ? La monstruosité incarnée se prêterait-elle à une explication rationnelle ? Le sadisme le plus abject peut-il se voir reconnaître des circonstances atténuantes ? Voilà bien longtemps déjà que le tribunal de l’Histoire a rendu son verdict : s’il est juste de rendre hommage aux héros, il est sacrilège, presque indécent, de s’intéresser aux salauds, ces « patriotes dévoyés » comme les appelait le général de Gaulle.

    Les romans explorant cette période, pour la plupart d’entre eux, sont pavés de bons sentiments : l’honneur y est sauf et la dignité exaltée.

    Le mien se nourrit des pires instincts de l’homme quand tout semble à jamais perdu : l’ambition aveugle et elle s’affranchit de toute émotion…

    La guerre déshumanise. Elle désinhibe les pulsions comme les rancœurs. TROMPE-LA-MORT en apporte un témoignage brut, d’autant plus glaçant que les faits sont authentiques.

    Cette chronique vous donne libre parole bien sûr : à vous de livrer vos impressions…

     

    EXTRAIT —

    Jeudi 1er avril 1943

    PP-04.jpgMa période probatoire a dépassé mes espérances. Erich Hasse et Karl Dreyer, mes deux patrons, ne sont pas causants. Mais hier soir, devant mes collègues, ils ne tarissaient pas d’éloges à mon sujet lors du toast qu’ils ont levé à ma promotion. Mon embauche est confirmée. Mieux encore, en reconnaissance de mes « résultats fort prometteurs », je codirige désormais la section A2, d’égal à égal, avec Max Winterling.

    Je suis fier de cette promotion. J’ai peine à réaliser en écrivant ces lignes. Je n’ai pas compté mes heures, il est vrai, pour démontrer ce dont je suis capable. J’ai pris l’initiative de coordonner les services dans le traitement des lettres de dénonciation que nous recevons tous les jours. Je fais profiter la maison de ma bonne connaissance du Cher. J’ai tissé un solide réseau d’informateurs parmi mes relations entre Aubigny, Bourges et Vierzon. Assez d’atouts, je crois, pour réprimer les exactions communistes et mettre hors d’état de nuire les partisans du bolchévisme. Alors je dois faire honneur à mon grade. Dès lundi, je vais m’atteler à la formation intensive qu’Erich Hasse veut me dispenser en personne.

    Ce matin, il m’a remis un ausweis — laissez passer —, un Luger parabellum de calibre 9mm, assorti d’un port d’armes. Puis il a commencé à m’initier aux diverses techniques policières. La semaine prochaine, il va m’expliquer le protocole règlementaire des interrogatoires, et surtout le bon usage des méthodes fortes, « juste pour le cas où elles s’avèrent nécessaires », m’a-t-il précisé avec un rictus énigmatique.

     Source : Jacques GIMARD — Trompe-la-Mort — Les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo (Éditions Qui Lit Vit, 320 pages, format 14x20 cm, 22 €)

     

    POUR COMMANDER CE LIVRE  : 

     

    POUR ORGANISER UNE CONFÉRENCE-DÉBAT : contacter l'auteur 

    VISUEL.jpg

     

     

     

  • PIERRE PAOLI, AGENT DE LA GESTAPO (3)

    Sans titre-1.jpgEn écho à la parution de mon roman historique « Trompe-la-Mort, les carnets secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo », je propose une CONFÉRENCE monographique sous l’intitulé :

     Pierre Paoli : la barbarie à visage humain - Une ambition au service de la Gestapo

     

     

     DURÉE DE LA CONFÉRENCE —

    90 minutes environ (45 mn d'exposé / 45 mn de débat)


     

    THÈME DE LA CONFÉRENCE —

    Attachée aux réalités de l'époque, l’évocation du personnage se prête à un regard historiographique sur la collaboration, telle qu'elle fut relatée dans l'après-guerre...

     

    SUJETS ABORDÉS —

    • Le cheminement intellectuel d’un jeune Berrichon après la débâcle de juin 1940
    • Le soulagement lié à l’Armistice
    • Le modèle établi de la collaboration d’État
    • Le dilemme des jeunes face au STO
    • L’historiographie de l’Occupation et de la Résistance
    • Le dogme contemporain du « devoir de mémoire »

     

    SUPPORT MATÉRIEL NÉCESSAIRE —

    Un écran et un vidéo-projecteur (compatible Mac)

     

    COÛT DE LA PRESTATION —

    Consultez-moi : jacques.gimard@orange.fr


     

    LE MOT DE L’AUTEUR —

    Ce roman est l’histoire d’un choix. Le drame d’un mauvais choix comme pouvaient en inspirer les « années sombres » de l’Occupation allemande. Au lendemain de la débâcle de juin 1940, que signifiait vraiment trahir la patrie, servir le Maréchal ou construire la nouvelle Europe ?

    PP-04.jpgTrop facile de trancher là, sur le vif. N’est-ce pas confortable de juger en s’abritant derrière le verdict de l’Histoire ?

    Trop sacrilège d’égratigner le mythe de l’épopée guerrière. À quoi bon jeter la suspicion sur la distribution des rôles entre héros et salauds, entre Résistance et Collaboration ?

    Trop pénible de supporter le legs d’un grand-père agent français de la Gestapo, dont l’aveuglement n’eut d’égal que la barbarie. Pourquoi l’atavisme devrait-il peser sur la conscience, comme une malédiction à perpétuité ?

    Mathilde, petite-fille du gestapache Pierre Paoli, apprend à vivre avec ces questions. Parce que l’obsession du doute lui interdit de choisir entre abjection et compassion…

    Source : Jacques GIMARD — Trompe-la-Mort — Les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo (Éditions Qui Lit Vit, 320 pages, format 14x20 cm, 22 €)

     

    Pour commander le livre :

    PP-Couv.gif