Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Postage & Vintage - Page 5

  • NOSTAL-ZIK N°07

    Puisque la nostalgie aime les belles mélodies, ne résistons pas au plaisir d’écouter Maxime Le Forestier nous raconter « Les jours meilleurs », ceux que l’on aime regarder dans le rétroviseur, ou mieux encore : ceux qu’on espère voir bien vite arriver lorsque le présent n’apporte rien d’affriolant.

    De toute évidence, cultiver l’espérance sera toujours plus enchanteur que ruminer le passé, même s’il est tentant, sous prétexte d’examen de conscience, de se laisser aller à « entendre gémir les cœurs des si jamais su, si jamais pu et si j’avais eu moins peur. »

    Ainsi mis en musique, ces mots prennent soudain une résonance si particulière, — un sens si dérisoire aussi —, que nous n’avons vraiment plus envie de réveiller regrets ou remords. Tout simplement parce qu’ils sont devant nous, les jours meilleurs !

     

    « Les jours meilleurs », à quatre guitares.

    Maxime Le Forestier, Jean-Félix Lalanne, Manu Galvin et Michel Haumont — Paris, 30 mars 2002

  • ACTU & NOSTALGIE N°70

    « NOS RÉGIONS ONT DU CARACTÈRE » 

    Document4.jpgLa nostalgie aime flatter la France éternelle. Mon dernier opus s’amuse à lui emboîter le pas, en portant haut et joyeux l’étendard de notre identité nationale,

    Obsédés par un « projet européen » qui ne fait plus rêver personne, chantres angéliques d’un « vivre ensemble » vide d’espérance, les vigiles assermentés de notre République pétocharde trouveront forcément suspect un livre qui ose faire l’apologie du tempérament français.

    Rien de nauséabond, pourtant, lorsque se révèlent à nous les richesses anthropologiques de la singularité française.

    Oui, « nos régions ont du caractère ». Un sacré caractère même. Et chacune d’entre elles, campée sur ses particularités, n'aurait-elle pas façonné un petit pan de notre identité nationale ?

    À en croire les géographes et historiens du XIXe siècle, tous acquis à l’idéal républicain, notre identité nationale puiserait aux sources de notre géographie humaine.

    Il suffit de nuancer, — sans pour autant les renier —, les différences de tempérament entre le Nord et le Sud de la France, de se risquer à brosser un portrait du Français moyen, de dégager les grands traits intemporels de l’esprit français pour mesurer combien notre peuple est incomparable. Verdict tout à son honneur, bien sûr…

    Avec une bonne raison de puiser aux racines de notre terroir : trouver quelques excuses à nos petits travers !

    Nos-Regions-01.jpeg

    Jacques GIMARD — Nos régions ont du caractère (Paris, Éditions Gründ, septembre 2016, 160 pages, 28,5 sur 23,5 cm, 22,95 €)

    Nos-Regions-02.jpeg

    régions,régionalisme,peuple français,nos régions ont du caractère,identité nationale,identité française,république,anthropologie,ethnologie régionale,provinces,tempérament,français moyen,géographie humaine

  • BELLE RÉCITATION N°24

    Juin.jpgComme la nostalgie peine à se départir des poèmes bucoliques, saluons ainsi l’été qui pointe enfin le bout de son nez, avec un respect calendaire du meilleur effet.

    Poétesse naturaliste injustement méconnue, Madame Alphonse Daudet nous offre sa perception auditive du mois de Juin avec une émouvante sensibilité aux chants des oiseaux.

    Ce texte ne mériterait-il pas alors de figurer parmi les plus belles récitations saisonnières ? Avec la prouesse de conjuguer art poétique et leçons de choses.

    Raison suffisante pour (re)découvrir l’œuvre feutrée de Madame Alphonse Daudet, alias Julia Allard, dont nos colonnes ne se lasseront jamais de saluer la délicatesse.

    Cf. notre chronique précédente in — http://nostaljg.hautetfort.com/archive/2015/11/06/actu-nostalgie-n-63-5712105.html

    MmeDaudet-2V1893.jpg

    Madame Alphonse Daudet — Paris, 2 mai 1893

     §

    Juin 

    Le coucou décevant chante dans les grands bois ;

    Il est ici, puis là, jamais il ne s’arrête ;

    Son vol est un circuit dessiné par sa voix

    Sonore, printanière, et pourtant inquiète ;

     

    Coucou ! le moissonneur dans le cri répété

    Compte son blé, son or, les récoltes prochaines.

    Le meunier voit tourner son moulin déjeté ;

    Le bûcheron l’écoute en regardant les chênes.

     

    Précurseurs des bienfaits de l’été triomphants,

    Il domine et fait taire aux buissons de la haie

    Mésanges et bouvreuils au romantique chant,

    La fauvette en l’allée et dans la roseraie.

     

    Qu’il chante ! Il n’a qu’un jour, une heure de soleil,

    Et l’écho pour lequel sa voix semble promise

    Avec sa double note au timbre de vermeil

    Bientôt, Juillet venant, se taira par surprise.

    Source : Madame A. DAUDET — Lumières et Reflets (Paris, Libraire A. Lemerre, 1920)

    Saison-ete.jpg