Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

école - Page 4

  • IMMUABLES HÉROS...

    Héros Histoire.jpgAppliquée à l’enseignement de l’histoire, la nostalgie serait-elle bonne conseillère ? C’est la question — presque sacrilège — que Jean Sévillia ose suggérer dans un article paru dans Le Figaro Magazine, un hebdomadaire assez bien-pensant comme je les aime…

    Ce brillant article, au titre désenchanté — « L’école en panne, le passé décomposé » — détecte les vraies raisons de la décrépitude de l’enseignement de l’histoire à l’école de la République, dans la mouvance post-soixante-huitarde d’enseignants qui croyaient judicieux de soumettre aux collégiens et aux lycéens des « axes problématiques », reposant sur l’analyse de « documents » disparates, alors que les élèves ignoraient tout de la chronologie et des institutions de l’époque soumise à leur jugement.

    Sans échelle chronologique, sans repères factuels, sans figures éponymes, l’enseignement de l’histoire est-il concevable ? La réponse ne laisse guère de place au doute. Voilà pourquoi le panthéon de nos héros restera pour longtemps inébranlable. Juste un indice pour s’en persuader : l’article cite en référence mon dernier ouvrage*. Preuve que la nostalgie a parfois voix au chapitre…

    *Les Héros de l’Histoire de France, de Vercingétorix à de Gaulle (Paris, Éditions Hors Collection, septembre 2010,  15,5 sur 23,5 cm, 160 pages, illustrations NB, 14,90 €)

    Figaro-03.jpg

    Pour consulter l'article ad hoc — Figaro.zip

     

     

    France.jpg

     

     

     

     

     

     

  • GLOIRE À NOS HÉROS !

    Clio-01.jpgAu moment où une énième réforme de l’enseignement de l’Histoire dans les classes de collège menace d’évincer des manuels scolaires certaines grandes figures de notre histoire nationale, j’ose me faire complice de la malicieuse nostalgie pour célébrer nos héros de l’Histoire de France !

    À la mode d’antan, mon dernier ouvrage vous propose de retrouver les pages glorieuses de notre mémoire collective, si loin de notre pathétique dictature  du "politiquement correct".

    Au fil de jolies gravures, d’anecdotes amusantes, d’exercices ludiques, ce cahier pratique d’Histoire de France renoue avec les valeurs fondatrices de l’identité française, là où les sacrifices et les exploits, le courage et le panache ont fait rêver plusieurs générations d’écoliers.

    Parce que l’Histoire savait jadis transmettre des valeurs et montrer "le droit chemin"

    Deux vertus devenues étrangement suspectes en notre XXIe siècle apatride.

     

     Héros Histoire.jpg

     Jacques GIMARD — Les Héros de l’Histoire de France, de Vercingétorix à De Gaulle

    (Paris, Éditions Hors Collection, septembre 2010, 15,5 sur 23,5 cm, 160 pages, illustrations NB, 14,90 €)

     

    Si vous souhaitez organiser une conférence autour de cet ouvrage, contactez l’auteur…

     

    EXTRAIT — Les leçons du passé

    La patrie, c’est le lien qui nous rattache aux ancêtres. Les nations, comme les individus, ont leurs vertus et leurs faiblesses, et l’histoire vous a appris que dans la vie des États toute bonne action a sa récompense, mais que toute faute se paye tôt ou tard. Profitez des leçons du passé, remplissez bien vos obligations de Français, et vous transmettrez à vos successeurs le patrimoine national amélioré et embelli. N’écoutez pas les insensés qui prêchent l’indifférence pour la patrie et la désertion du drapeau : vous ressembleriez à ces fils méchants et ingrats qui battent leur mère, oubliant qu’ils lui doivent tout.

    Source : AUGÉ (Claude) & PETIT  (Maxime) — Deuxième livre d’Histoire de France (Paris, Librairie Larousse, 22e édition, s.d.)

     

    À propos de la polémique sur les programmes d’histoire au collège, Cf. ce lien de circonstance : 

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/27/01016-20100827ARTFIG00586-polemique-sur-les-programmes-d-histoire-au-college.php

     

    Ancetres.jpg

     

     

     

     

     

  • ACTU ET NOSTALGIE N°14

    ecole02.jpgComme la nostalgie aime célébrer les rites d’un passé par trop idéalisé, n’oublions pas en ce jour de compatir au sort de ces pauvres gamin(e)s  qui ont pris le chemin de l’école, sous le réconfort des paroles maladroites de leurs mamans émues.

    La rentrée des classes laisse-t-elle derrière elle le souvenir d’un moment heureux ? Rien n’est moins sûr, même si de charmants poèmes chantent un air de félicité…

     

    Vers l’école

    Où va-t-il, ce bambin pas plus haut qu’une botte ?

    Il a mis, ce matin, sa plus belle culotte ;

    Rose et frais, bien peigné, dans son habit propret,

    Le voilà dans la rue, alerte et guilleret !

     

    Le béret sur la tête et le sac à l’épaule,

    Pour la première fois il se rend à l’école.

    Grave comme un conscrit, il marche ferme et droit,

    Sans arrêt ni détour, et crâne, ainsi qu’on doit.

     

    Il sait qu’on le regarde et que chacun le nomme ;

    Il sent bien, aujourd’hui, qu’il est un petit homme ;

    Sa mère l’accompagne et le tient par la main,

    Mais il pourrait, dit-il, faire seul le chemin.

     

    Source : Frédéric BATAILLE — Les trois foyers  (Paris, Librairie Juven)

     

    ecole01.jpg

    Détresse d’un enfant traumatisé, le 14 septembre 1964