Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

catalogue

  • CATALOGUE D'ANTAN N°1

    Bon Marché-1966-01.jpgComme la nostalgie adore sacrifier aux rites, cette nouvelle rubrique se plaît à feuilleter un catalogue de saison : les jouets et étrennes de l’année…1966 !

    Côté « jouets de garçon » bien sûr parce que j’avoue développer une moindre sensibilité aux « jouets de fille », même si poupées et dinettes véhiculent des stéréotypes ménagers assez cocasses.

    Il suffit de tourner les pages pour que rejaillissent soudain nos émotions enfantines, au fil des plaisirs et frustrations que nous réservait alors le matin de Noël.

    L’enfant gâté que je fus reconnais sans peine les futiles envies qui illuminèrent mes rêves de décembre…

    Je reconnais là ma panoplie de Zorro et je me rends compte que je n’ai jamais eu celle de Thierry la Fronde.

    J’aurais bien aimé avoir cette superbe paire de colts dans son écrin rouge mais mon Père Noël ne partageait pas, hélas, ma passion pour les armes du Far West.

    Plusieurs années de suite, je me suis obstiné à inscrire le splendide kart à pédales dans ma liste de jouets à « commander en priorité ». Je l’ai espéré, attendu, désiré. Mais je ne l’ai jamais trouvé au pied du sapin. Ainsi vont les états d’âme du collectionneur raisonnable que je suis devenu : le plus beau jouet est toujours celui que l’on convoite… Vérité première sans laquelle la magie de Noël ne serait plus.

     

    Bon Marché-1966-02.jpg

    Contingences ordinaires du Père Noël : en 1966, une belle panoplie coûtait trois fois plus cher qu’une paire de colts…

     

    Bon Marché-1966-03.jpg

    Entre le château-fort du Moyen Âge, le Fort Apache et la caserne Vauban,

    à chacun d’adopter le siècle qui convient le mieux à son envie d’aventures…

     

    Bon Marché-1966-04.jpg

    Jouet de luxe par excellence, la voiture à pédales préfigure deux façons de s’inventer sa vie d’adulte :

    version bolide de courses ou berline au confort bourgeois ?