Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ex libris meis n°01

Du livre aux rêves

bibliographie,bibliothèque,catalogue,publications,opus,vacances,aoûtDès qu’un livre sort en librairie, n’est-ce pas déjà l’annonce imminente de sa petite mort ? La durée de vie commerciale d’un ouvrage est brève. Tellement éphémère qu’une bibliographie a parfois l’allure d’un catalogue nécrologique, comme inventaire d’une création littéraire qui ne trouverait plus vraiment sa place dans le présent.

Heureusement, à la maison, existent les bibliothèques, ces jolis meubles en voie de disparation chez les générations Y et Z.

Là, le livre repose et s’expose. Il n’attend que des mains pour s’emparer de lui, un esprit serein pour réveiller la curiosité, et une paire de lunettes pour le dévorer des yeux.

Cette nouvelle rubrique a pour seule ambition de régénérer des opus in vivo, de les remettre au goût du jour, de réanimer des rêves qui ne demandent qu’à rejaillir.

Selon l’actualité du mois ou au rythme des saisons, amusons-nous à rouvrir ces livres. Juste pour le plaisir de pimenter les émotions du moment.

Lien permanent vers MA BIBLIOGRAPHIEBibliographie JG

 

Le joli mot du mois = VACANCES

Août = trêve estivale = ambiance de vacances

TROIS LIVRES pour savourer ces émotions atemporelles.

Les Vacances de Papa

(Paris Terres Éditions, 2008, 336 pages, 20 sur 18 cm)

Lien ad hoc en guise de présentation — Les Vacances de Papa

Vacances.Papa.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos vacances à la mer — L’âge d’or des loisirs balnéaires

(Paris, Le Pré aux Clercs, 2006, 112 pages, 19 sur 26 cm)

Lien ad hoc en guise de présentation — Les vacances à la mer

Vacances.mer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Mémoire de Bretagne

(Paris, Le Pré aux Clercs, 2002, 90 pages, 25 sur 29 cm)

Bretagne.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

En guise de parenthèses musicales, écoutons les souvenirs balnéaires de notre ami Michel J. : « On allait au bord de la mer avec mon père, ma sœur, ma mère : on regardait les autres gens comme ils dépensaient leur argent, (…) On avait le cœur un peu gros mais c’était quand même beau ! » etc.


 

Commentaires

  • Je relis Henri Bosco : L'âne culotte, L'enfant et la rivière et Le renard dans l'île, trilogie constituée à mon idée. Je ne me lasse pas de ce mélange de merveilleux chrétien et païen, de ces enfants qui découvrent la force des éléments dont il faut se méfier - la terre, l'air, l'eau et le feu - le monde des adultes dont les plus séducteurs sont aussi les plus dangereux, tandis que d'autres protègent en silence, le tout raconté avec une maîtrise de la langue particulièrement travaillée : syntaxe d'orfèvre ,richesse du vocabulaire de la faune, de la flore, des sons et du silence, sans oublier l'humour surgissant de temps à autre au moment ou on s'y attend le moins.

Écrire un commentaire

Optionnel