Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

P&V n°08

À votre guise

charles baudelaire,enivrez-vous,le spleen de paris,serge reggiani,romantisme,romantiquesAvec l’automne, la lumière devient plus fade, le ciel plus capricieux, l’air plus frais. En premier, les arbres annoncent la couleur. Et notre humeur s’en ressent, moins enjouée peut-être, plus portée aux états d’âme. Avec fougue et lyrisme, l’école romantique du XIXe siècle excellait à célébrer cette étrange communion entre l’homme et la nature. Bien plus que le rythme des saisons, c’est « l’horrible fardeau du Temps » qui vient nourrir son inspiration crépusculaire. Maître incontesté du genre, Charles Baudelaire.

 

Le_spleen_de_Paris.JPEGDans un poème éponyme tout de prose ciselé — « Enivrez-vous », extrait de son recueil Le Spleen de Paris, édité en 1869, deux après sa mort —, l’auteur des Fleurs du Mal tire d’un postulat quelque peu péremptoire — « Il faut toujours être ivre » ­— une règle d’hygiène romantique essentielle à la survie de l’esprit. Si bien que le conseil devient tour-à-tour recommandation, exhortation et viatique, le seul qui vaille « pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps ».

Certes le salut est à ce prix. Mais toute liberté nous est laissée quant aux moyens. Et point de borne dans la quantité !

S’enivrer de vin ? Euphorisant, oui. Mais le plaisir ne s’émousse-t-il pas trop vite ?

S’enivrer de poésie ? Exaltant, oui. Mais l’apparence d’un idéal ne nous enferme-t-il pas dans un monde irréel ?

S’enivrer de vertu ? Exigeant, oui. Mais la considération d’autrui suffit-elle à nous rendre l’existence plus joyeuse ?

Un choix, « à votre guise » ? Soit, une invitation à tester de tout un peu avant de trouver notre juste ivresse, celle qui nous sied, non pour fuir le temps, mais pour le vivre au mieux, sans qu’il nous pèse, à défaut de l’apprivoiser au rythme des saisons.


Pour l'anecdote, jaillissent des souvenirs assez personnels autour de ce poème de mon ami Charles (Baudelaire). C’est sur ce texte que je fus interrogé à l'oral du Français du Baccalauréat (1976, série A2)... Note = 16/20, SVP.

Automne-.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel