Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes coups de cœur - Page 5

  • ADIEU MAYA †

    LETTRE POSTHUME À MAYA (1999-2019)

    Maya-J.jpegMa Petite Maya Chérie,

    Qui oserait encore douter que les chats ont une âme ?

    Vingt ans durant, tu fus ma muse féline.

    Par ta présence affectueuse, — si souvent collée à ce clavier —, tu me gratifias d’une compagnie sereine, comme nulle autre pareille.

    Par tes câlins du soir, tu m’as comblé d’une tendresse apaisante, si rare parmi le genre humain.

    Par tes ronronnements compatissants, tu m’as prodigué un réconfort immédiat, face aux tourments de la vie.

    Hélas, les mots ne suffiront jamais à te murmurer tout le bonheur que tu m’offris au fil de nos émotions en partage.

    À présent, tu veilles, d’un sommeil éternel, sur mes songes plumitifs, dans le confort douillet du paradis félin.

    Requiescas in Pacem !

    Maya-K.jpeg

    Autres photos dans l'album ad hoc — Cf. colonne à gauche

  • NOSTAL-ZIK N°14

    DOUCE COMPTINE

    Aldebert-B.jpgQuel est le secret pour qu’une chanson pour enfants échappe à la mièvrerie ? Il suffit d’écouter celle écrite et composée par AldebertC’est quoi la vie ? — pour deviner la réponse !

    Une mélodie cristalline jouée au piano. Un dialogue anodin entre une petite fille et son père au cours d'une promenade complice. Une curiosité insatiable sur des instants, sur des sentiments, sur des mots, parfois trop galvaudés, qui interrogent notre enfance. Des réponses imagées où la poésie vient caresser la vérité : autant de pépites, rares et scintillantes, qui nous réconcilient avec la bonne chanson française.

    Ni légère ni sentencieuse, ni facile ni démago, cette douce comptine réveille le gamin qui sommeille en nous. Elle nous rappelle surtout les joies d’une paternité où la transmission se nourrit de tendres émotions. Un chef-d’œuvre musical tout en délicatesse qui s’écoute en boucle pour mieux le méditer. Une chanson que tous les papas auraient aimé écrire. Moi comme les autres…


  • ON AIR N°04 (suite)

    MERCI MAXIME !

    MVL-.jpegRetour sur les ondes sur Fréquence Protestante (100.7) pour le MIDI-MAGAZINE du mercredi 16 janvier, que j’ai eu le plaisir d’animer avec le Grand Maître International d’échecs, Maxime VACHIER-LAGRAVE, sur le thème « Profession : joueur d’échecs ».

    Le temps de balayer avec lui tous les clichés qui collent au portrait classique du joueur d’échecs, caractériel, cartésien, étriqué, égocentré, intello, névrosé… Tout ce que Maxime n’est pas !

    Avec un rien de facétie, cette rencontre est venue démentir une confession de son livre — « Joueur d’échecs » (éditions Fayard) — : « Par tempérament, je déteste parler de moi. » (…) « L’oral n’a jamais été mon point fort, je le reconnais bien volontiers. » À l’écouter, vous comprendrez vite qu’il se sous-estime… Avec la grandeur de l’humilité. Merci Maxime !


    LOGO-FP - copie.jpgBranchez-vous sans attendre sur le PODCAST de l’émission —

    - diffusée mercredi 16 janvier 2019, à 12H05

    - format = 50 minutes

    PODCAST— Mon invité, Maxime VACHIER-LAGRAVE

    Et bien sûr le débat continue sur ce site, tout disposé à accueillir vos commentaires.

    Que la Paix soit avec vous !

    MVL-C.jpeg

     Derrière cette mystérieuse tour noire, se cache le visage d’un Grand Maître International d’échecs : message subliminal ?

    MVL-Livre.jpg