Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MOT VIRAL 02

Compliqué-C.jpegLe mot viral de ce mois n’a pas choisi la facilité. Puisqu’il sert souvent d’alibi à tout ce que nous peinons à expliquer. Comme il n’est pas toujours aisé de trouver les mots pour se faire comprendre, l’expression est trop tentante pour nous dispenser d’aller plus loin. « C'EST COMPLIQUÉ ! » Combien de fois, par jour, cette sentence est-elle prononcée ?

 

Question de posture

Compliqué-A.jpegMot viral assez paradoxal dans une époque qui célèbre partout et en tout le culte de la positive attitude.

La prochaine fois qu’une personne ponctue son propos par « C’est compliqué », admettez sagement qu’aucune solution ne viendra d’elle. Considérez plutôt cette conclusion comme une réponse-clef justifiant l’inertie. Plus que conclure, le « C’est compliqué » inaugure l’une de ces trois postures :

  • Feindre de connaître toutes les dimensions du problème rencontré, avec un consentement tacite au statu quo. Autrement dit, impossible de faire mieux.
  • Suggérer que la solution ne peut venir que des autres, plus qualifiés, plus avertis, plus informés. Autrement dit, impossible de livrer son point de vue.
  • Renvoyer le problème au lendemain, et se résoudre à la procrastination. Autrement dit, impossible de trancher.

Bref, il y a comme une ambiance de renoncement dans ce mystérieux « C’est compliqué ». Comme une résignation à subir les choses, parce que la vie est déjà bien assez « compliquée ». Et pourtant, si nous comparons avec la génération de nos aïeux, reconnaissons que notre vie est beaucoup moins « compliquée » que ne fut la leur.

Autre travers, sémantique celui-là : les adeptes de la formule « C’est compliqué » peinent à faire la différence entre le complexe et le compliqué. Si bien que tout est compliqué, même si tout n’est pas complexe !

 

Question de culture

Compliqué-B.jpegNuance subtile et tellement utile, que seule l’étymologie latine permet d’affiner pour nous rendre la vie plus légère.

Le mot « compliqué » procède du verbe latin complicare, « plier en enroulant deux éléments ensemble ». Exercice assez délicat, semble suggérer cette opération bassement matérielle, surtout pour les maladroits ! Comment créer un ensemble de deux éléments disparates, plus ou moins compatibles, plus ou moins embarrassants ? Tout cela requiert du temps, du soin et de la patience. À la simple idée de s’y lancer, nous butons déjà sur l’obstacle. Question de méthode ou d’adresse ?  En tout cas, cela nous demande de réfléchir pour surmonter la difficulté, pour trouver « la » solution.

Le mot « complexe » vient du mot latin complexus, participe passé passif du complector, « ayant embrassé, enlacé ou contenu ». Référence tacite à des éléments imbriqués, solidaires, cohérents, dépendant les uns des autres, dont l’agencement n’est pas toujours compréhensible de prime abord.

Au sens propre, surgit aussitôt une différence causale de bon sens. Une chose sera compliquée parce que nous l’avons rendue telle. Et une chose sera toujours complexe par nature.

Au sens figuré, la nuance est encore plus perceptible. Une « personne compliquée » est celle qui se dérobe à la simplicité ou se révèle incapable de lui donner priorité. Une « personne complexe » présentera, elle, une personnalité aux multiples facettes, qu’elles soient déroutantes ou rassurantes.

Complexe versus compliqué : pas facile, admettons, de retenir la nuance. Plus difficile de la restituer au moment où, emporté dans le fil de conversation, nous nous hasardons à lâcher : « C’est compliqué ! »

Gardien vigilant de notre patrimoine linguistique, l’Office québécois de la langue française nous propose un procédé mnémotechnique qui vient poser des émotions sur la nuance :

L’amour est déjà un sentiment complexe.

Alors pourquoi Isabelle s’entête-t-elle à vivre des amours compliquées

qui tournent toujours au drame ?

Déjà complexe par nature, l’amour. Alors pourquoi le rendre compliqué, par des actes déraisonnables ou irraisonnées ?

Moralité : la prochaine fois que vous vous surprendrez à dire « C’est compliqué », pensez à l’étymologie latine et aux mystères de l’amour. Et vous réaliserez soudain que rien n’est compliqué, à moins que vous ne vous preniez plaisir à tout rendre « compliqué ».

Complexe-Compliqué.jpeg 

Écrire un commentaire

Optionnel